Légalité des Travailleuses du Sexe. La Belgique Ouvre la Voie.

Légalité des Travailleuses du Sexe. La Belgique Ouvre la Voie.

La Belgique a récemment annoncé la mise en place de contrats de travail pour les travailleurs du sexe. Une avancée significative en Europe, on vous explique ça ici. Certains pays, comme la Belgique...

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Depuis quelques années, l’image des travailleurs du sexe a changé. Nous avons pu observer un nouveau souffle vis-à-vis de ceux-ci, une recherche de plus de droits et de protection. Alors que certaines sociétés le criminalisent, d’autres cherchent des moyens de réglementer et de protéger les travailleurs du sexe. Dans cet article, nous explorerons les différentes perspectives sur la légalité du travail sexuel. Tout cela en examinant l’histoire de la réglementation, les impacts sociaux, ainsi que les perspectives futures.

Définition.

Les travailleuses du sexe, également connues sous l’acronyme TDS ou le terme sexworkers, sont des personnes offrant des services sexuels en échange d’une rémunération, généralement sous forme monétaire. Cette activité peut inclure des services tels que les relations sexuelles, les massages érotiques, les danses érotiques ou d’autres formes de travail sexuel. Les travailleurs du sexe peuvent exercer leur activité de manière indépendante ou être employés. L’embauche peut être encadrée par des agences ou des établissements de divertissement pour adultes. Tout dépend de la nature propre de leurs services. Cela peut inclure des prestations en ligne, comme par exemple une danse en webcam. Le problème réside dans le statut juridique de ces travailleurs.

L’Importance de la Reconnaissance de cette Pratique.

Tout d’abord, vous connaissez sûrement la phrase “le plus vieux métier du monde”. Alors, comment se fait-il qu’il soit aussi peu réglementé et reconnu ? La question de la légalité du travail sexuel est d’une importance capitale pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle concerne les droits et la sécurité des travailleurs du sexe. Ces travailleuses qui sont souvent marginalisés et vulnérables à l’exploitation et à la violence. En outre, la manière dont une société réglemente le travail sexuel a des répercussions sur la santé publique, les droits de l’homme et la justice. Ignorer cette facette de la société, présente dans toutes les cultures du globe, laisse place à de nombreuses pratiques dangereuses, non sans conséquences.

Historique de l’Évolution des Droits des TDS.

Si nous remontons dans de nombreuses civilisations anciennes, la prostitution était tolérée et parfois même institutionnalisée. Cependant, les droits des travailleurs étaient souvent négligés, et ces derniers étaient souvent marginalisés et stigmatisés. Il faut dire que durant une grande partie de notre histoire, les femmes et les hommes utilisés comme objets sexuels. Et bien sûr, ils n’avaient pas vraiment leur mot à dire. La femme était considérée comme un objet de conquête, et de nombreuses courtisanes servaient à assouvir les pulsions des puissants. C’est pendant la révolution industrielle que la prostitution est devenue plus visible dans les zones urbaines.

Le 20ème et 21ème siècle.

Au cours de ce siècle, divers mouvements en France ont marqué un changement pour les travailleurs du sexe (TDS). Tout d’abord, après la Révolution, les autorités ont dépénalisé la prostitution. Cependant, de nombreuses prostituées étaient encore arrêtées par la police, et ce n’est qu’en 1804 que la légalisation des maisons closes a eu lieu. Les filles doivent s’enregistrer et se soumettre à des visites médicales régulières pour éviter les épidémies, notamment de syphilis. Cependant, il s’agit en vérité d’une fausse avancée pour celles-ci, qui se retrouvent à un statut de sous-citoyennes. L’État tire alors profit des maisons closes en y taxant 50 à 60 % du bénéfice. Une des raisons qui pousse une grande partie des prostituées à ne pas se déclarer. En refusant de se déclarer, elles sont donc catégorisées comme clandestines.

Durant le 21ème siècle, les choses évoluent peu à peu, et plusieurs tentatives d’interdiction de cette pratique échouent. Le proxénétisme bat son plein, et les femmes déclarées sont plus utilisées que jamais pour le profit de leurs maquereaux. C’est finalement en 1946 que l’interdiction tombe, et les maisons closes ferment alors une à une. C’est alors des milliers de femmes qui rejoignent les rangs des “clandestines” de la rue. Nombreuses d’entre elles sont contraintes de quitter le pays. Elle le quitte pour se diriger vers des pays plus tolérants comme la Belgique ou les Pays-Bas.

Approches Légales dans Différents Pays.

Les approches légales concernant le travail sexuel varient considérablement d’un pays à l’autre. Alors que certains pays criminalisent le travail sexuel dans toutes ses formes, d’autres ont adopté des approches plus nuancées, allant de la réglementation stricte à la légalisation complète.

Pays où le Travail Sexuel est Légalisé et Réglementé.

Commençons par les pays les plus précurseurs, à savoir les Pays-Bas, suivis de l’Allemagne et de la Suisse. Ces nations ont choisi de légaliser et de réglementer le travail sexuel. Dans ces pays, les travailleurs du sexe sont souvent considérés comme des travailleurs indépendants et bénéficient d’un accès aux droits sociaux et aux protections similaires à ceux des autres professions. Les établissements où le travail sexuel est pratiqué sont assujettis à des réglementations strictes en matière de santé, de sécurité et de pratiques commerciales.

Pays où le travail sexuel est décriminalisé, mais non réglementé.

Certains pays, comme la Belgique ou la République tchèque, ont choisi de décriminaliser le travail sexuel. Cela signifie que les lois ne criminalisent pas spécifiquement le travail sexuel lui-même. Elles criminalisent plutôt les activités connexes telles que le proxénétisme et le trafic de personnes. Cette approche vise à réduire la stigmatisation et la marginalisation des travailleurs du sexe, tout en reconnaissant leur droit à la sécurité, à la dignité et à la protection. La pratique n’est cependant pas réglementée, et de nombreux pays, comme par exemple la France, pénalisent les clients de cette industrie, ce qui met des bâtons dans les roues des travailleurs du sexe.

Pays où le travail sexuel est criminalisé.

D’autres pays, en revanche, maintiennent des lois strictes qui criminalisent le travail sexuel dans toutes ses formes. Ces lois sont souvent associées à des attitudes conservatrices envers la sexualité et à une stigmatisation accrue des travailleurs du sexe. Cela peut entraîner une marginalisation accrue, des risques accrus pour la santé et la sécurité, et des difficultés d’accès aux services essentiels pour les travailleurs du sexe. Il faut dire que les lois n’empêchent pas cette prostitution qui se déroule donc dans l’ombre.

L’avancée récente en Belgique.

En Belgique, des avancées significatives ont été réalisées en matière de réglementation du travail sexuel ces dernières années. En 2020, le Parlement belge a adopté une loi visant à réglementer davantage le secteur du travail sexuel dans le pays. Cette loi reconnaît les travailleurs du sexe comme des travailleurs indépendants et leur accorde des droits sociaux et économiques similaires à ceux des autres travailleurs. Elle vise également à renforcer les mesures de protection des travailleurs du sexe contre l’exploitation, les abus et la violence.

La Protection Sociale.

Récemment, nous avons appris que les travailleuses du sexe pourront disposer d’un contrat de travail qui les protégera dans leurs pratiques. De plus, des ministres ont réagi en ajoutant des précisions : “Les travailleurs du sexe qui optent pour ce métier doivent avoir la garantie de ne plus devoir mentir sur leur profession tout en étant couverts par le système général de sécurité sociale, avec quelques règles spécifiques si nécessaire”. D’autres ajoutent : “Ces travailleurs auront le droit de refuser des partenaires sexuels ou des actes sexuels spécifiques, sans que ce refus ne constitue un motif de licenciement”. Ils précisent ensuite que ces lois n’encouragent pas la prostitution mais l’encadrent bel et bien.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Les dernières publications de nos modèles...

Posts des modèles
DominatrixJenny

Disponible pour te terrasser

Disponible cette après-midi pour te mettre plus bas que tu ne l’es déjà, je vais te réduire à la seule base que tu mérites: ne jamais être venu au monde.

Magne ton cul, je t’attends

Lire la publication »
Posts des modèles
Miss Marria

ma liste de souhait

chers sous hommes , 

voici ma liste de souhait : un iphone 11,un bbc ,70 e  de shopping ,des objet de  s . Donc les cleps réveillez vous et sortez le porte feuille !

Lire la publication »