Suis-je addict au porno ? Quelle est cette addiction ?

Suis-je addict au porno ? Quelle est cette addiction ?

Un plaisir anodin à porter de main de nos mains, peut devenir un danger pour nous et notre cerveau. Voyons en quoi la pornographie peut désservire notre vie sexuel.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Fini les magazines, la redoute, l’imagination, ou encore les programmes télés érotiques passé une certaine heure. Aujourd’hui le porno se consomme sur Internet et sous format vidéo. Les formats varient comme avec la VR, les productions explorent tous les sujets du quotidiens, et les adaptations en 3D deviennent de plus en plus réalistes. En bref la pornographie devient une partie intégrante de notre culture, et de plus celle-ci est accessible à tout ceux qui la cherchent. Seulement, cette denrée est loin d’être rare ou difficile d’accès, ce qui ouvre la porte à l’addiction de part nos besoins primaires. Alors le porno, est-il un handicap à long terme ou un luxe que l’on peut s’offrir sans modération ?

Une réelle addiction ?

C’est peut être la première fois que vous entendez le mot addiction dans ce contexte. Peut-on vraiment parler d’addiction, quels en sont les symptômes ? La question n’est pas si simple, le porno est aujourd’hui regardé par la majorité de la population et peu de gens souhaitent se confier sur leur consommation de peur d’être catalogué de pervers. Cependant, il y a quelques signes qui peuvent indiquer un problème dans votre consommation d’images olé olé. Si le porno prend une place conséquente dans vos pensées et que son visionnage devient impératif pour vous, on peut alors parler d’addiction. L’influence de vos goûts sexuels, une haute fréquence de visionnage, des pulsions incontrôlables, le soulagement au vu des images, ou encore une perte d’intérêt pour de réel partenaire… tout cela représente des “symptômes” d’addiction. La décision d’arreté la pornographie suivi de plusieurs rechute est aussi un signe pertinent.

Suis-je concerné ?

Si vous dépassez les deux visionnages par jour, ça y est vous êtes addict. Ne vous fiez pas à ces phrases, il n’y a pas de chiffre vous plaçant automatiquement dans la case addict. L’addiciton démarre lorsque la pornographie prend une place défavorable au bon fonctionnement de votre quotidien. Si le porno ne vous fait plus l’effet escompté, qu’il vous met en retard sur vos obligations, vous isole de vos proches, ou qu’il devient la seule façon de vous détendre, alors on peut dire que votre consommation devient problématique. Retenez que s’il y a perte de contrôle, il y a dépendance.

Les conséquences.

Et comme dans chaque addiction, il y a des conséquences. L’exposition à ses images agit sur votre cerveau et sur votre système de récompenses. Comme chaque drogue il y a une accoutumance, celle-ci pousse le consommateur à toujours chercher plus de contenus, plus variés, plus extrêmes. Le problème est que la relation avec de réel partenaire devient parfois impossible, en effet suite à l’exposition à des images sur stimulantes, l’excitation baisse pour les images plus classiques. Cela entraîne par la suite des problèmes d’érection, dysfonctionnement sexuel et indirectement des problèmes dans le couple. Cette récompense à portée de main, très valorisée par le cerveau, abîme nos récepteurs à long terme et est à l’origine de problèmes psychologiques comme par exemple la dépression.

L’importance de garder le contrôle.

La pornographie peut réellement agir comme une drogue sur votre cerveau. Malgré qu’il n’y est plus de plaisir, vous continuez à vouloir y retourner encore et encore, pour éteindre cette flamme en vous. Comme nous l’avons vu, cela peut devenir dangereux pour votre vie sociale et pour votre santé mentale. Il faut alors reprendre le contrôle sur vos pulsions. En fonction de votre degré d’addiction, il faudra prendre différentes mesures.

Pour une addiction “raisonnable” commencer par éviter toute vidéo pornographie. Bloquez les sites, interdisez-vous de consommer ces images et comblez le manque par des images plus “soft”, jusqu’à ne vous fier qu’à votre imagination. L’étape est parfois difficile à passer mais patience, les résultats en valent la peine. Vous vous rendrez compte assez vite du changement de vos pensées et de votre excitation face au réel.

Si votre addiction a déjà eu des répercussions sur votre vie privée, qu’il est plus difficile de vous auto-limitée, il faudra alors consulter. Des professionnels de la santé et de la sexualité sauront vous guider dans votre démarche de changement. Médecin, psychologue ou encore sexologue seront à votre écoute pour vous aider.

“C’est la dose qui fait le poison.”

La pornographie est un plaisir simple que l’on s’offre, un moment généralement intime qui nous permet de se vider l’esprit, de se débarasser d’un stress. Comme toute chose cependant, il faut pouvoir se limiter et ne pas tomber dans l’excès. Du plaisir à court terme peut se transformer en cauchemar par la suite, alors prenez soin de vous surveiller. Comme disait la célèbre phrase du médecin Paracelse : Tout est poison, rien n’est poison : c’est la dose qui fait le poison.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Les dernières publications de nos modèles...