La poupée sexuelle : l’avenir du sexe en solo ?

La poupée sexuelle : l’avenir du sexe en solo ?

Le fétichisme n'a pas réinventé la poupée. Au contraire même, elle en est à l'origine. Comment ? Découvrez-le dans cet article.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

La poupée n’a pas vécu un renouveau dans le fétichisme. Au contraire même, les fétiches désignent à la base des poupées, généralement des représentations humaine qui étaient autrefois utilisées par l’homme. L’aspect religieux, protecteur et indispensable de ces objets dans les civilisations antiques permettra bien plus tard d’associer le terme fétiche à celui que nous connaissons actuellement, et qui est le plus utilisé d’ailleurs, à savoir un objet, une partie du corps qui sera indispensable à quelqu’un pour assouvir ses désirs sexuels. Et avec ce renouveau, la poupée a retrouvé sa place dans le coeur de certains comme l’absolue satisfaction sexuelle. Nous vous proposons dans cet article une remise en contexte plus détaillée de l’utilisation de la poupée au cours des époques, ainsi qu’une liste subjective des différentes pratiques fétichistes liées de près ou d’un peu plus loin à cet objet.

La poupée à travers les époques.

La poupée se présenta au début comme un fétiche. Pas d’amalgame avec le fétichisme actuel, le fétiche était (et demeure encore pour certains peuple) un objet de culte, d’admiration. Certains y voient une personnisation des éléments terrestres, d’autres des divinités omnitientes qui veillent sur ses adorateurs. Déjà à cette époque, un culte est voué aux fétiches, alors de simples sculptures ou fabrication en bois. Bien loin de l’aspect sexuel néanmoins, on parle ici d’un dévouement religieux, comme il peut exister encore à notre époque. Le fétiche comme décrit à cette époque est encore utilisé de nos jours par certains peuples africains ou reclus en amazonie, qui donnent un corps à leurs divinités à travers ces objets.

La poupée évoluera pour devenir ce que l’on connait actuellement : un jouet pour enfant. Au début très basiques, de simples coutures sur quelques morceaux de tissus, la poupée s’améliorera pour devenir de plus en plus ressemblante à l’être humain. De nos jours, on peut distinguer des poupées reproduisant des nourissons, à savoir le poupon, utilisé par les parents pour sensibiliser les enfants aux soins et à la manipulation d’un enfant en bas age. On retrouve ensuite les poupées “adultes” comme Barbie, qui projetteront quand à elles l’enfant dans une vie adulte, évidemment de manière édulcorée, et lui faire vivre des aventures variées et personnalisables selon leur envie.
Mais ici nous n’aborderons pas ce genre de poupées, vous vous en doutez bien.

Avec nos avancées en matière de matériaux (latex, plastique, silicone), de nouveaux modèles de poupées, bien adultes cette fois ci, permettant de reproduire une voire plusieurs actions sexuelles, sans pour autant avoir un partenaire. Certains y voient là une solution, quand les contacts humains sont compliqués. D’autres y voient la seule solution, on parlera alors de fétichisme de la poupée, pour accomplir leurs désirs sexuels. Ci dessous, quelques exemples de poupées commercialisés, de la plus basique à la plus complète.

La poupée gonflable : la plus classique des poupées sexuelles.

Tout le monde a déjà au moins entendu parlé de la poupée gonflable. C’est plus ou moins un balllon en matière plastique, et de forme humaine. Des trous sont placés aux principaux orifices (anus, bouche, vagin pour les versions féminines) pour permettre la pénétration. C’est la version la plus basique de la poupée sexuelle, généralement peu réaliste et utile pour une pratique plus quotidienne, en complément ou à la place de la masturbation. Ce genre de poupées est très répandue dans la majorité des sex shops pour de tarifs allant de 15 à 30 euros.

La poupée en silicone : le modèle réaliste.

La poupée en silicone à connu un réel essort au 21ème siècle. Ces poupées possèdent un réalisme bien plus marquant que leurs prédécesseures. Une forme du corps plus cohérente, dotées généralement de poitrines, fesses ou pénis plus imposants, un visage réaliste et un contact plus doux et bien moins artificielle que les poupées gonflables. Le corps et le visage sont reproduits avec une quasi perfection, ce qui provoquera chez certains un fétichisme poussé envers leur poupée. Les fétichistes de ces objets sexuels se projettent généralement dans une relation affective voire amoureuse avec leur poupée. Ils l’habillent, discutent (dans la mesure du faisable) avec elle, couchent avec, remplaçant totalement le besoin d’affection qu’apporterai un autre humain par un attachement profond avec la poupée. Le fétichisme et l’amour sont alors en entre deux : la poupée est indispensable pour la personne, sans pour autant que la sexualité soi le moteur de cette relation.
Si vous souhaitez acquérir une de ces poupées, le prix sera cependant moins dérisoire que la poupée gonflable. Les modèles les plus réalistes et les mieux membrées de poupées en silicone peuvent atteindre une somme allant jusqu’à 3000 euros.

Mini-Doll : les poupées en modèle réduit

Généralement en silicone, les mini-dolls sont en réalité extrêmements variées de par leur formes et utilité. On pourra retrouver des modèles disposant de seulement un seul attribut sexuel, une paire de fesses ou un buste équipé d’un pénis par exemple. Ces poupées sont généralement plus abordables que les modèles complets mais auront une utilité moins sentimentale, servant généralement uniquement à la masturbation en remplacement d’un godemichet.
D’autres mini dolls sont quand à elle des modèles réduits de corps humains, adultes bien évidemment, disposant les attributs inhérents au corps choisis. Des mini dolls “chibis” reproduisent quand à elles des personnages d’animation japonaise. Ici l’attirance peut se faire mais la principale cause d’achat sera pour remplacer un godemichet devenu trop banal.

Le robot sexuel : le partenaire idéal ?

Pas vraiment une poupée, mais il semblait logique de quand même aborder ce qui deviendra le futur de la sexualité individuelle. En plus de se pourvoir des qualités indéniables des poupées sexuelles en silicone, le robot sexuel peut quand à lui interragir avec son utilisateur. Mouvement de bassin, gémissements, mots doux ou salasses, le robot sexuel apporte une expérience plus réaliste que ses prédécesseures. Personnalisable à ses souhaits, le robot sexuel ne vous décevra pas et apportera l’expérience que vous désirez, et que vous méritez ! Cependant, il faudra y mettre le prix. Ce genre de robots est déjà disponible, mais juste la tête vous coûtera pas loin de 8000 euros juste pour la tête ! Est-ce prix d’une éternelle satisfaction au lit ? Ça, nous vous laisserons en juger de vous même.

Les poupées ont possédé un pouvoir spirituel très puissant qui donnera sa signification au mot fétiche. Son usage moderne de manière sexuelle lui permit de se réinventer dans la pratique qu’elle à créé et de s’affirmer dans l’une des pratiques les plus communes du fétichisme.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Les dernières publications de nos modèles...

Posts des modèles
DominatrixJenny

Disponible pour te terrasser

Disponible cette après-midi pour te mettre plus bas que tu ne l’es déjà, je vais te réduire à la seule base que tu mérites: ne jamais être venu au monde.

Magne ton cul, je t’attends

Lire la publication »
Posts des modèles
Miss Marria

ma liste de souhait

chers sous hommes , 

voici ma liste de souhait : un iphone 11,un bbc ,70 e  de shopping ,des objet de  s . Donc les cleps réveillez vous et sortez le porte feuille !

Lire la publication »