Nymphomanie, Satyriasisme, c’est quoi l’hypersexualité ?

Nymphomanie, Satyriasisme, c’est quoi l’hypersexualité ?

L'hypersexualité ou comment le sexe nous rend malade. Entre addiction et isolement, voici les symptômes et causes de ce trouble.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

La sexualité, sacrée dans notre monde pour le plaisir qu’elle procure, peut se trouver dangereuse. Comme pour toute chose, la dose crée le poison et la sexualité n’y échappe pas. On parle de nymphomanie pour définir l’addiction au sexe chez la femme, ce qui peux créer de nombreux troubles dans la vie de la personne touchée. Chez l’homme on parle plutôt de Satyriasisme. Cette hypersexualité est aussi handicapante mais ne se manifeste pas de la même manière. Regardons dans cet article qui sont les personnes atteintes et quels sont leurs symptômes.

Nymphomanie, les symptômes.

Ce trouble se caratérise par une addiction au sexe. La personne toucher démontre un appétit sexuel. Ce trouble se caratérise par une addiction au sexe. La personne touchée démontre un appétit sexuel démesuré, et va généralement en redemander juste à la suite d’un rapport. Ce sont des symptômes dont tout le monde à déjà entendu parler, cependant de nombreux problèmes apparaissent suite à ce trouble. La nymphomanie fonctionne comme une réelle addiction et la personne aura besoin de toujours plus pour arriver au plaisir. Un simple refus peut mettre la personne hors de soi et la rendre agressive, de quoi compliquer les relations avec les autres (infidélité, impossibilité de rester en couple…), de plus cela peut impacter la vie professionnelle de la personne touchée.

Satyriasisme quelle différence ?

Ce trouble touche les hommes et se manifeste donc différemment. On pourrait décrire cela par une perte de contrôle au niveau de la sexualité et du désir. L’homme sera ce qu’on peut qualifier d’obsédé, comportement de drague systématique, pulsions, objectivation d’un palmarès sexuel, voyeurisme, masturbation compulsive… Le sujet se voit complètement pris mentallement par ses envie et cela peut conduire à des comportements inacceptables en société. L’homme n’a cependant aucun contrôle là-dessus, et peut se retrouver complètement isolé socialement de part son addiction.

Origine et causes.

Ce trouble trouve souvent son origine dans une carence affective, suite à un abandon par exemple. Cela peut venir d’une frustration passée, d’une impression de vide émotionnel. La personne va alors combler son esprit de pulsions et de désirs. Le profil hormonal peut aussi être un facteur, le taux de testostérone chez un homme aura une grosse influence sur sa sexualité, une testostérone élevée peut faciliter la contraction de Satyriasisme. L’origine est cependant majoritairement psychologique, suivant généralement un choc émotionnel ou une situation précise. D’autres raisons comme l’hérédité ou un traitement médicamenteux peuvent être à l’origine de l’hypersexualité.

Trouver de l’aide auprès d’un professionnel.

Pour arriver à calmer un appétit sexuel problématique, vous allez surement avoir besoin d’aide. Recourir à l’aide de quelqu’un vous fera prendre conscience de votre addiction, vous pourrez ensuite la traiter. Commencez par aller voir votre médecin qui saura vous rediriger vers le bon professionnel de santé, psychothérapeute, sexologue… Le travail médical vous permettra de vous confier dans un lieu sûr et sans jugement pour ensuite définir la cause de votre hypersexualité. Ensuite il faudra trouver de quoi vous distraire de ces envies et comment éviter de les provoquer (moins sortir, changer de passe temps, fréquenter d’autres personnes etc…). Un traitement comportemental va petit à petit calmer votre libido et si ce n’est pas le cas, des médicaments peuvent aussi remplir le même rôle.

Une grosse libido n’est pas synonyme d’hypersexualité.

Attention, un gros appétit sexuel ne veut pas automatiquement dire hypersexuel. La libido varie énormément d’une personne à l’autre, et peut aussi varier en fonction d’un événement. Il est compliqué de quantifier à partir de quand on parle hypersexualité. Même si vous pratiquez plusieurs fois par jour, tant que cela n’affecte pas en mal votre vie et celle de vos proches, on ne peut pas vraiment parler de maladie. C’est lorsque cela conduit à un comportement d’addiction ou d’obsession que cela en devient un trouble.

Mettre à profit ses envies.

Si vous avez fait le choix (non pas contraint) de mettre le sexe sur un piédestale dans votre vie, vous pouvez en tirer un profit. La production de pornographie amateur est devenue la référence pour la recherche de contenu coquin sur internet. En effet, l’authenticité et le fait de pouvoir s’identifier à ces scènes à permis à de nombreux fantaisiste de faire carrière dans le porno. Filmer vos ébats ou certains moments de ceux-ci (préliminaire par exemple), vous permettra d’acquérir une notoriété si votre contenue plait. En mettant un point d’honneur sur des formes de fétichismes, vous pourrez trouver un public de niche, prêt à mettre le prix. Evidement, il ne faut pas que votre appétit relève d’une addiction au sexe, car vous pourriez tomber à ce moment la dans un cerle vicieux, le virtuel ne doit jamais prendre le dessus sur votre vie réel. 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Les dernières publications de nos modèles...