Fat admirer ou le fétichisme des rondeurs.

Fat admirer ou le fétichisme des rondeurs.

Les Fats admirers, ou l'amour d'un corps "gros". Entre histoire, standards de beauté, nourriture et acceptation.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Dans le fétichisme nous parlons d’attirance voire d’obsession pour un objet, une partie du corps, ou une situation précise. La corpulence est donc un de ces détails qui fait tourner les têtes de certains. Malgré les standards de beauté actuels (minceur, silhouette parfaite, vulnérabilité…), la balance penche aujourd’hui plus sur les formes. Entre instincts, fertilité, sujet de société, et dérives, apprenons en plus sur les fats admirers et l’amour des formes.

L’amour des courbes dans l’histoire.

Les courbes chez la femme ne sont pas là par hasard. En effet le poids et la répartition du gras ont longtemps servi d’indice de fertilité lors de la recherche d’un partenaire. Les hanches larges, le gras au niveau des fesses, jambes et abdomens, ont été représentés en hommage à de nombreuses reprises sur des statuettes, datant de différentes époques. On parle de Vénus ou Vénus paléolithique pour qualifier ces statuettes. Les traits sont exagérés au niveau de l’abdomen et des fessiers. En période de famine, le fait d’être bien nourris signifiait richesse ou pouvoir, et donc d’une fertilité accrue, du moins dans la pensée collective. On retrouve aussi des tableaux de la renaissance représentent des femmes épaisses comme des objets de désir. Ce n’est que des centaines d’années plus tard que les fait d’être menue chez les femmes est devenu un standard de beauté.

Vénus de Dresde.

La vague d’acceptation des “gros”.

Conjointement avec les Fats admirers, les gros eux-mêmes déclarent s’aimer eux et leurs imperfections. Un mouvement à lancé une nouvelle dynamique dans l’acceptation de soi, le body positive. Un honneur pour toutes les morphologies, même pour celles qui ne rentrent pas dans les standards du corps parfait. Le but est de montrer la beauté du corps, sans exclusion. En montrant des corps ordinaires et imparfaits dans les médias mainstream, le public peut maintenant s’identifier au lieu de complexer. Pour être “body positive”, commencez par ignorer les commentaires ou remarques sur votre physique et concentrez-vous sur vos qualités (Dieu sait que vous en avez). Ayez une approche bienveillante de votre corps, soyez conscients de vos défauts sans en faire une obsession absurde. Le body positive est inclusif à toute anatomie, le but n’est pas d’exclure les corps parfaits ou de mettre un profil au-dessus d’un autre.

Les pratiques relatives.

Entrons maintenant un peu plus dans les détails de cette admiration du physique enrobé et ses différentes pratiques. Le Mukbang, pratique née en Corée du Sud, consiste à observer des gens dévorer un festin face à une caméra. Certains trouveront ça satisfaisant, marrant, ou inutile, mais la pratique n’échappe pas au fétichisme. Des fétichistes trouvent bonheur, ou excitation à observer (principalement des femmes) se nourrir de façon abondante. On peut aussi parler de voyeurisme dans le fait de prendre plaisir à observer une personne dans son intimité, par exemple lors d’un repas. Une autre pratique proche, mais cette fois-ci plus dangereuses fait sont entrée : le feeding. Un des deux partenaires (feeder) nourris l’autre (feedee ou gainer) de façon excessive jusqu’à atteindre des poids dangereux. Comme on dit, quand on aime on ne compte pas. Cependant, les deux partenaires doivent être au courant des risques et confiants vis-à-vis de l’autre avant de se lancer.

Une attirance assez banale.

Au final, le poids peut se trouver déterminant d’une personne à une autre. L’attirance pour les personnes corpulentes a pendant longtemps été un désir partagé par la majorité. La symbolique, entre fertilité et richesse, a perdu son sens avec le temps, sans pour autant perdre ses adeptes. Beaucoup de femmes souffrent de leurs complexes à propos de leurs poids, malgré que beaucoup d’hommes en sont friands. Grâce aux mouvements comme le body positive, l’exposition de corps “imparfaits” et l’incitation à l’acceptation de soi, les standards du canon de beauté tendent à disparaitre.

Les Fats admirers aujourd’hui ?

Les Fats admirers qui sont de plus en plus nombreux ne cesseront d’être, le surpoids concernant 13% de la population mondiale en 2016. Des sites de rencontres dédiés on fleurit et les adeptes peuvent maintenant choisir parmi plusieurs partenaires, et parmi plusieurs critères. L’attirance exclusive de ces silhouettes relève du fétichisme, et comme dans toutes formes de fétichismes, il y a différents courants: Curvy, chubby, BBW, SSBBW (Super-Sized Big Beautiful Woman)… tout le monde y trouve son compte. La monétisation de ce fétiche est aussi possible grace à un profil optimisé. Mettre en vente un shooting photo, des vidéos intimes, des sous-vêtements, ou des échanges virtuels sont de potentielles annonces qui feront frémir les adorateurs de courbes. Pour plus de détails cliquez ici.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Les dernières publications de nos modèles...

Posts des modèles
DominatrixJenny

Disponible pour te terrasser

Disponible cette après-midi pour te mettre plus bas que tu ne l’es déjà, je vais te réduire à la seule base que tu mérites: ne jamais être venu au monde.

Magne ton cul, je t’attends

Lire la publication »
Posts des modèles
Miss Marria

ma liste de souhait

chers sous hommes , 

voici ma liste de souhait : un iphone 11,un bbc ,70 e  de shopping ,des objet de  s . Donc les cleps réveillez vous et sortez le porte feuille !

Lire la publication »