Comment le Findom à rendu riche les dominatrices.

Comment le Findom à rendu riche les dominatrices.

Le phénomène sugar daddy à évoluer en une nouvelle forme de fétichisme, la domination financière.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Dans un monde de plus en plus décomplexé, nombreuses préférences sexuelles et formes de fétichisme sont sorties de l’ombre. Grâce à l’arrivée des réseaux sociaux comme Twitter où les contenus pour adultes sont tolérés, une pratique surprenante à permis à de nombreuses dominatrix d’assurer un revenu. Voici comment le plaisir d’offrir rend riche dominantrice et cashmaster. 

Findom, ça veut dire quoi ?

Ce mot est à l’origine un diminutif de Financial domination ou Domination financière en français. Semblable à une relation de domination/soumission, la différence réside dans la forme de l’échange. En effet le sexe se trouve généralement en second voir en troisième plan dans ce type de contact. Le soumis comble son dominant avec des cadeaux, ou plus souvent de l’argent. La dominatrice elle joue un rôle de femme vénale et abrupte, qui offre de l’attention à ses soumis en échange de leurs capital. Le langage rabaissant fait partie du jeu, le dominant rappelle en permanence sa supériorité face à son courtisan.

Le Findom, mieux que la domination dites classique ?

La domination dites classique peut s’apparenter au contrôle d’une personne puis à des châtiments physique ou psychique si le soumis manque aux règles. Dans le Findom, l’attitude de domination sera la même, le soumis peut être humilié, insulté, ou ridiculisé suivant ses actes ou l’humeur de son alpha. La différence réside dans l’argent et le pouvoir que cela confère. La sensation de contrôle est encore plus ressentie dans cette pratique; les dépenses pouvant être mesurées, on ressent plus facilement l’emprise de l’autre. De plus, l’argent, auparavant un moyen d’arriver à ses fins, est aujourd’hui pour beaucoup une fin en soi.

De quelle manière le findom à enrichis les alphas.

Comme nous l’avons vu, le soumis trouve plaisir à envoyer son argent à une dominatrice, et malheureusement le désir prend parfois le dessus sur la raison. Des “paypigs” affichent sur les réseaux sociaux avoir dépensé des milliers d’euros dans le findom, une façon de montrer leur attachement à la pratique. Une dépense journalière ou hebdomadaire doit rester sous contrôle, certaines dominatrices professionnelles vérifient régulièrement que le soumis ai assez d’argent pour vivre avant d’accepter ses donations. Pour devenir riches, des dominatrices on commencer par publier des tickets de caisse, des listes de souhait, puis ensuite des demandes de don, jusqu’aux jeux de rôle ou encore aux rencontres devant un distributeur (plan dab)… tant que la chose est monnayable, la domination sera présente. Tout cela sans acte sexuelle.

De l’argent facile ?

L’argent facile n’existe pas ! Même si le findom parait plus ludique et moins fatiguant qu’un travail conventionnel, cet argent ne tombe pas du ciel. Le soumis n’obtient rien en retour de ses dons, il faut offrire de sa personne d’abord. Le contenu que vous publiez au préalable doit charmer vos prétendants. Il ne suffit pas de publier vos achats en exigeant un remboursement. Soyez original, montrez de quoi faire frémir vos abonnés, suite à cela il faut discuter avec eux, leurs donner de l’attention. Quelques soumis n’attendent rien en retour de leurs dons, mais la plupart espère au minimum un contact avec leur déesse. La domination soumission reste un échange, choyer vos courtisans et offrez leurs de votre personne, ils sauront vous le rendre.

Comment faire pour devenir un(e) cashmaster/dominatrice.

Si vous souhaitez dominer, il y a une image et une attitude à tenir. La première étape consiste à se créer un profil sur un ou plusieurs réseaux pour rassembler une communauté de potentiel soumis. De belles photos vous mettant en valeur augmentent vos chances d’attirer les curieux. Vient ensuite le contenu à publier, les soumis ne savent pas qui vous êtes. Commencer par vous présenter vous et vos règles, par exemple le vouvoiement ou une offrande obligatoire. Poster ensuite un moyen au soumis de vous payer et rediriger les soumis la dessus. Suite à cela de nombreux prétendant devrait vous contacter en engager une discussion avec vous. Retenez que pour dominer il faut de la confiance et de l’autorité, si un soumis est insistant il ne faudra pas hésiter à le remettre à sa place, c’est-à-dire à vos pieds. Pour commencer maintenant, inscrivez-vous en tant que modèle ici.

Vous souhaitez être dominé, par où commencer ?

Pour démarrer il faudra chercher une déesse ou un alpha, les réseaux sociaux ou des plateformes spécialisées comme Fétichic vous permettront de choisir. Suite à cela il faudra faire le premier pas, et quoi de mieux qu’une offrande pour votre première impression. La plupart des dominants exigent un don au préalable du contact, cela leur permet de trier parmis les fantasmeurs et les moneyslaves sérieux. Lors du dialogue il faudra soigner votre écriture, être poli, et aussi vous intéresser à l’autre. Avant de réclamer une chose de sa part, soyez présentable et agréable, le but étant qu’elle/il ait une bonne opinion de vous. Attention cependant à ne pas tomber dans l’addiction. La domination financière peut vous faire perdre le contrôle sur votre capital? Il est important de garder une part de lucidité lors de vos séances. Mettez les choses au clair avec votre dominatrice/alpha au préalable, retenez que le findom relève du jeu de rôle.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux :

Les dernières publications de nos modèles...

Posts des modèles
DominatrixJenny

Disponible pour te terrasser

Disponible cette après-midi pour te mettre plus bas que tu ne l’es déjà, je vais te réduire à la seule base que tu mérites: ne jamais être venu au monde.

Magne ton cul, je t’attends

Lire la publication »
Posts des modèles
Miss Marria

ma liste de souhait

chers sous hommes , 

voici ma liste de souhait : un iphone 11,un bbc ,70 e  de shopping ,des objet de  s . Donc les cleps réveillez vous et sortez le porte feuille !

Lire la publication »